Index | Mots: Alphabétique - Fréquence - Inversions - Longueur - Statistiques | Aide | Bibliothèque IntraText
Oeuvre Pontificale pour les Vocations Ecclésiastiques
Nouvelles vocations pour nouvelle Europe

IntraText CT - Lecture du Texte

  • TROISIÈME PARTIE LA PASTORALE DES VOCATIONS: « ...Chacun les entendait parler dans sa propre langue » (Ac 2, 6)
    • Itinéraires de la pastorale des vocations
      • b) La communion ecclésiale
Précédent - Suivant

Cliquer ici pour désactiver les liens aux concordances

b) La communion ecclésiale

La première fonction vitale qui jaillit de la liturgie est la manifestation de la communion qui se vit à l'intérieur de l'Eglise, comme peuple réuni dans le Christ par sa croix, comme communauté où toute division est pour toujours dépassée dans l'Esprit de Dieu qui est esprit d'unité (Ep 2, 11-22; Ga 3, 26-28; Jn 17, 9-26).

L'Eglise se propose comme espace humain de fraternité où chaque croyant peut et doit faire l'expérience de cette union entre les hommes et avec Dieu qui est don d'en haut. Les Actes des Apôtres, qui décrivent une communauté de croyants profondément marquée par l'union fraternelle, par la mise en commun des biens matériels et spirituels, des affections et des sentiments (Ac 2, 42-48), au point de n'avoir « qu'un seul coeur et qu'une âme » (Ac 4, 32), constituent un splendide exemple de cette dimension ecclésiale.

Si toute vocation dans l'Eglise est un don à vivre pour les autres, comme service de charité dans la liberté, alors elle est également un don à vivre avec les autres. Mais on ne le découvre qu'en vivant en fraternité.

La fraternité ecclésiale n'est pas seulement une vertu au niveau du comportement, mais un itinéraire de vocation. Ce n'est qu'en la vivant qu'on peut la choisir comme élément fondamental d'un projet de vocation, ou seulement en la goûtant qu'il est possible de s'ouvrir à une vocation qui, quoi qu'il en soit, sera toujours vocation à la fraternité.(79) Au contraire, il est impossible d'être attiré par une vocation si l'on n'expérimente aucune fraternité et si l'on se ferme au rapport avec les autres ou si l'on n'interprète la vocation que comme perfection privée et personnelle.

La vocation est relation; elle est manifestation de l'homme que Dieu a créé pour être ouvert à la relation. Et même la vocation à l'intimité avec Dieu dans la vie monacale implique une capacité d'ouverture et de partage que l'on ne peut acquérir qu'avec l'expérience d'une réelle fraternité. « Le dépassement d'une vision individualiste du ministère et de la consécration, de la vie dans les diverses communautés chrétiennes, représente une contribution historique décisive ».(80)

La vocation est dialogue; c'est se sentir appelé par un Autre et avoir le courage de lui répondre. Comment peut mûrir cette capacité de dialogue chez celui qui n'a pas appris, dans la vie de tous les jours et dans les rapports quotidiens, à se laisser aimer, à répondre, à distinguer le je du tu? Comment celui qui ne se soucie pas de répondre à son frère pourrait-il se faire appeler par le Père?

Le partage avec le frère et avec la communauté des croyants devient alors chemin au long duquel on apprend à faire en sorte que les autres participent à ses projets, pour accueillir enfin sur soi le plan pensé par Dieu, plan qui sera toujours, quoi qu'il en soit, projet de fraternité.

Les centres d'écoute, c'est-à-dire des groupes de croyants qui se rencontrent périodiquement chez eux pour redécouvrir le message chrétien et faire part les uns aux autres de leurs expériences respectives et de leurs dons d'interprétation de la Parole elle-même, constituent une expérience de partage de la Parole, signalée par plusieurs Eglises européennes.

Pour les jeunes, ces centres revêtent un aspect vocationnel grâce à l'écoute de la Parole qui appelle, à la catéchèse et à la prière vécues d'une manière personnelle, qui les implique, plus libre et plus créatrice. Le centre d'écoute les stimule ainsi à la co-responsabilité ecclésiale, car ils peuvent découvrir ici les différentes façons de servir la communauté et, souvent, y faire mûrir leurs vocations spécifiques.

Une autre expérience positive d'itinéraire de vocation dans les Eglises particulières et dans les différents Instituts de vie consacrée est la communauté d'accueil, qui répond à l'invitation de Jésus: « Venez et voyez ». Le Souverain Pontife définit la « règle d'or de la pastorale des vocations ».(81) Dans ces communautés ou centres d'orientation des vocations, grâce à une expérience très spécifique et immédiate, les jeunes peuvent accomplir un véritable chemin de discernement progressif. Ils sont donc accompagnés pour leur permettre, au moment opportun, non seulement de percevoir clairement le projet de Dieu, mais de décider de le choisir et de s'y identifier.




79) « Le premier lieu de témoignage est la vie d'une Eglise qui se redécouvre "communion" et où les paroisses et les réalités associatives sont vécues comme communion de communauté » (Propositions, 14).



80) Propositions, 21.



81) Vita consecrata, 64.






Précédent - Suivant

Index | Mots: Alphabétique - Fréquence - Inversions - Longueur - Statistiques | Aide | Bibliothèque IntraText

Best viewed with any browser at 800x600 or 768x1024 on Tablet PC
IntraText® (V89) - Some rights reserved by Èulogos SpA - 1996-2007. Content in this page is licensed under a Creative Commons License