Index | Mots: Alphabétique - Fréquence - Inversions - Longueur - Statistiques | Aide | Bibliothèque IntraText
Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique; Congrégation pour les Evêques
Mutuae relationes

IntraText CT - Lecture du Texte

  • Première Partie QUELQUES ELEMENTS DOCTRINAUX
    • Chapitre III LA VIE RELIGIEUSE DANS LA COMMUNION ECCLESIALE
      • Le service propre de l'autorité religieuse
Précédent - Suivant

Cliquer ici pour désactiver les liens aux concordances

Le service propre de l'autorité religieuse

13. - Les «supérieurs» accomplissent leur devoir de service et de guide à l'intérieur de l'Institut religieux, en conformité avec le caractère propre de celui-ci. Leur autorité procède de l'Esprit du Seigneur, en lien avec la Hiérarchie, qui a érigé canoniquement l'Institut et approuvé authentiquement sa mission spéciale.

En conséquence, étant donné que la condition prophétique, sacerdotale et royale est commune à tout le Peuple de Dieu (cf. LG, 8; 10; 34; 35; 36), il paraît utile de déterminer la compétence de l'autorité religieuse, la comparant par analogie à la triple fonction du ministère pastoral, à savoir d'enseigner, de sanctifier et de gouverner, sans pour autant confondre ou égaler les deux autorités.

a) Quant au «ministère d'enseignement», les Supérieurs religieux ont la compétence et l'autorité de «maîtres spirituels» selon le projet évangélique de leur Institut; dans cette sphère, ils doivent donner à leur congrégation et à chacune des communautés une véritable «direction spirituelle», en accord avec le magistère authentique de la Hiérarchie, conscients d'accomplir un mandat de grave responsabilité dans le champ du plan évangélique voulu par le fondateur.

b) En ce qui concerne le «ministère de sanctification», les supérieurs possèdent une compétence spéciale et portent la responsabilité de «perfectionner» de diverses manières la vie de charité selon le projet de l'Institut, soit par la formation initiale et continue de leurs confrères, soit en veillant à la fidélité communautaire et personnelle dans la pratique des conseils évangéliques selon la Règle. Cette tâche, accomplie consciencieusement, sera considérée par le Souverain Pontife et les Evêques comme une aide précieuse dans l'accomplissement de leur ministère fondamental de sanctification.

c) Quant au «service de gouvernement», les supérieurs doivent organiser la vie de leur communauté, distribuer les offices à ses membres, prendre soin de la mission particulière de l'Institut, la développer et s'employer à l'insérer efficacement dans l'activité ecclésiale sous la direction de l'Evêque.

Il existe donc un «ordre interne des Instituts» (cf. CD, 35, 3), qui possède son champ propre de compétence, auquel revient une «autonomie» véritable, même si dans l'Eglise cette autonomie ne peut jamais devenir «indépendance» (cf. CD, 35, 3 et 4). La juste mesure de l'autonomie et sa détermination concrète de compétence sont contenues dans le droit commun et dans les Règles ou Constitutions de chaque Institut.




Précédent - Suivant

Index | Mots: Alphabétique - Fréquence - Inversions - Longueur - Statistiques | Aide | Bibliothèque IntraText

Best viewed with any browser at 800x600 or 768x1024 on Tablet PC
IntraText® (V89) - Some rights reserved by Èulogos SpA - 1996-2007. Content in this page is licensed under a Creative Commons License